La désinformation autour de la guerre de Sécession

18,00

La guerre civile ou la guerre entre les Éupercheries ou contrevérités. Les livres d’Histoire, comparant souvent les gentils Nordistes aux vilains Sudistes, rendent parfois justice à ces derniers mais il est évident que l’esclavagisme n’a pas été le catalyseur de ce conflit fratricide et Alain Sanders, aborde bien des sujets sur les coulisses d’une guerre qui marque encore la société américaine.

Description

Il y a belle lurette que de nombreux historiens anglo-saxons ont fait – et continuent de faire – litière des clichés très politiquement corrects sur ce qu’on appelle en France la « guerre de Sécession ». Appellation que nous utiliserons nous-même pour des raisons de facilité. Mais en signalant que les Yankees désignent ce conflit sous le nom de guerre civile. Et que les Sudistes disent la guerre entre les États (ou encore : l’invasion nordiste, la guerre d’agression, etc.).

Le traitement objectif de ce conflit meurtrier, de cette guerre totale, de cet affrontement sanglant, par de nombreux historiens, notamment outre-Atlantique, signifie-t-il pour autant que le sujet soit désormais abordé de façon apaisée aux États-Unis ? Pas forcément. Certes des centaines de livres rendent justice au Sud et sont d’utiles antidotes à ces études « historiques » pour lesquels l’affaire est définitivement réglée : les vertueux Nordistes d’un côté et, de l’autre, les diaboliques Sudistes.

C’est tout cela que nous allons évoquer dans les pages qui suivent. Et d’abord montrer que le Nord n’a pas agressé le Sud pour des « raisons humanitaires »(comme on dirait de nos jours pour justifier parfois l’injustifiable).

Lincoln a une statue gigantesque à son effigie à Washington. Et à Monroe, et à Richmond, on interdit de célébrer les soldats noirs vêtus de gris qui, au coude à coude avec les soldats blancs vêtus de gris, choisirent de se battre et de mourir pour Dixieland. Cherchez l’erreur…

« 150 ans après la guerre de Sécession, cet ouvrage réhabilite le Sud en exaltant son courage et son énergie, en rendant aux milliers de Noirs qui se sont battus au sein de l’armée confédérée, en traitant objectivement ce conflit meurtrier aux antipodes de la version officielle qui tend à présenter cette guerre totale comme opposant le Nord vertueux au Sud diabolique » (Renaissance des Hommes et des Idées).

« Inscrit dans une collection consacrée à la désinformation historique, ce petit ouvrage particulièrement tonique, revient sur l’un des épisodes majeurs de l’histoire des États-Unis : la Civil War des vainqueurs nordistes, désignée comme la “guerre entre les États” par les gens du Sud. Contre une lecture univoque confondue avec un dossier à charge accablant pour la malheureuse Confédération, Alain Sanders, dont on sait l’intérêt qu’il porte à une certaine Amérique, démonte méthodiquement les mensonges et les légendes entretenus depuis un siècle et demi à propos de ce conflit, du prétexte abolitionniste au bellicisme de Lincoln, appuyé, déjà, sur de prétendues exigences «“humanitaires” » (Jean Kappel, La Nouvelle Revue d’Histoire).

Informations complémentaires

Auteur(s)

Editeur

Collection

L'Étoile du berger

Pages

142

Prix

18

Date

10/10/2012

Format

Livre

Isbn/Ean

9782357910409