Bal(l)ades irlandaises. Petit guide sentimental à l’Eire libre

22,00

Préface de Pierre Joannon.

On ne résume pas un tel livre, forcément très personnel et qui révèle bien son auteur. Il y parle de musique, de bières et de Whiskey, donne quelques recettes de cuisine bien typiques, s’arrête sur quelques pages d’histoire bien senties. Au total, il donne un aperçu de l’Irlande bien plus vrai que bien des livres de spécialistes en tourisme et bien plus profond que des dissertations sur la destinée de cette île pas comme les autres.

Description

Préface de Pierre Joannon

À qui demanderait : « Pourquoi l’Irlande ? Et pourquoi, cette promenade sentimentale alors qu’il y a déjà tant (et peut-être trop) de livres sur le sujet ? », on aurait envie de répondre : « Pourquoi l’Irlande ? Parce que… »

Et sans doute parce que l’Irlande est une île derrière une île, comme le disait Bernard Shaw. Parce que ceux qui aiment la Verte Erin ont attrapé une incurable et douce hibernophilie dont Pierre Joannon, à qui rien de ce qui est irlandais n’est étranger, écrit : « Les symptômes en sont divers et variés à l’image des personnalités qu’elles révèlent dans leurs plus secrets retranchements. Au point que l’on pourrait ainsi paraphraser un adage célèbre : dis-moi quelle est ton Irlande, je te dirais qui tu es. »

Il circule beaucoup de clichés sur l’Irlande ? C’est vrai. Mais qui oserait prétendre que les clichés ne sont aussi, parfois, d’excellents révélateurs ? C’est vrai qu’on ne parle pas de l’Irlande « comme ça », « en passant », « histoire de »… On en parle avec respect, avec amour, avec dévotion.

Les hommes y sont debout. Les femmes y sont belles. Pour le reste ? Citons l’exergue du Journal irlandais de Heinrich Böll : « Cette Irlande existe, mais celui qui, s’y rendant, ne la trouverait pas, n’aurait bien entendu aucun droit de recours contre l’auteur. »

« Alain Sanders offre de superbes Ballades irlandaises, modestement présenté comme un “petit guide sentimental de l’Eire libre”, composé d’une série de courts chapitres, aussi précis que documentés, sur les aspects principaux (mais aussi méconnus) de l’histoire et la culture irlandaise. De quoi briller dans les pubs avant d’aller prendre un “bol d’Eire” ! » (Faits & Documents).

« En route pour l’Irlande! Alain Sanders, dont le regard se porte plus volontiers vers l’Ouest que vers l’Est, aime l’Irlande, ce qu’on ne saurait lui reprocher. Comment ne pas aimer un pays où la lumière est plus lumineuse qu’ailleurs, et où l’on peut discerner jusqu’à quarante nuances de vert? Les légions romaines n’ont jamais pu envahir l’Irlande, qui fut en revanche victime d’un véritable génocide de la part des Anglais. Demeurée pendant des siècles le conservatoire d’une culture celtique qui s’étendait auparavant sur toute l’Europe, la verte Erin reste aujourd’hui à portée de mains. Sanders y propose une ballade en forme de balade qui vaut largement tous les guides touristiques. Intarissable sur les pubs irlandais, sur la harpe et la cornemuse, sur la musique traditionnelle, il fait d’autant mieux partager ses enthousiasmes qu’il a le sens du récit et sait rendre vivantes les moindres situations, fût-ce au moyen de bons mots et de calembours dont il use à l’excès (“le fond de l’Eire est frais”, c’est bien connu). Pierre Joannon, dans sa préface, rappelle que Brendan Betten “soutenait que l’Irlande n’est pas une nation mais une psychose. À des degrés divers, nous en sommes tous atteints”. Si tel n’est pas encore le cas, c’est le moment de s’embarquer, en compagnie d’Alain Sanders, dans le Connemara des lacs et des tourbières, de visiter la Joyce country et le site mégalithique de Newgrange, Galways la gaélique et le château d’Ashford, mais aussi de retrouver le souvenir de saint Brendan, de la Grande Famine (“Pour les Anglais, la faim justifia les moyens”), de l’insurrection de Pâques 1916, de James Joyce et de Liam O’Flaherty. Car l’Irlande n’est pas seulement une “île derrière une île”, comme le disait George Bernard Shaw. C’est aussi l’exemple vivant d’un peuple qui a su, pendant des siècles, résister à ceux qui voulaient l’empêcher de rester lui-même. A Nation Once Again ! » (Alain de Benoist, Éléments).

Informations complémentaires

Auteur(s)

Editeur

Collection

Go West

Pages

290

Prix

22

Date

10/10/2012

Format

Livre

Isbn/Ean

9782357910461