La désinformation autour d’Abraham Lincoln

17,00

Les thuriféraires d’Abraham Lincoln le portent aux nues, le présentent comme un grand président des États-Unis, le pourfendeur des esclavagistes, l’ami des Noirs. La vérité est toute autre et Alain Sanders, preuves à l’appui, fait une analyse très pointue du personnage.

Description

Le 22 septembre 1862, Lincoln, qui sent que sa guerre d’invasion lui échappe, émet la Proclamation d’Émancipation. Un « coup de com » (comme on dirait de nos jours) de la part de celui qui, le 4 mars 1861, déclarait : « Je n’ai aucunement l’intention, ni directement ni indirectement, d’intervenir à propos de l’esclavage dans les États où il existe. »

Lincoln, « Grand Émancipateur » des esclaves ? Interrogé par un de ses ministres sur l’avenir des esclaves affranchis, il répondra en chantonnant un air alors à la mode : « Débrouille-toi, goinfre-toi ou meurs. »

Sa proclamation de 1862 n’est rien d’autre qu’un tour de passe-passe politique, une « mesure militaire » comme il le reconnaîtra cyniquement.

« Qui que ce soit qui s’embarque dans une étude sur Lincoln doit d’abord mettre fin au mythe Lincoln. Les efforts qui sont faits pour briser la croûte qui entoure la légende Lincoln relèvent à la fois d’un travail formidable et intimidant » (Robert W. Johannsen).

Alors ne nous laissons pas intimider !

« Les thuriféraires d’Abraham Lincoln le portent aux nues, le présentent comme un grand président des États-Unis, le pourfendeur des esclavagistes, l’ami des Noirs. La vérité est toute autre et Alain Sanders, preuves à l’appui, fait une analyse très pointue du personnage. Lincoln fut avant tout un dictateur qui a suspendu les libertés constitutionnelles dans le Nord, déclencha la guerre contre les États du Sud sans l’accord du Congrès, suspendit l’habeas corpus, censura la presse… Quant aux Noirs et aux esclaves, il déclara en 1858 : “Je n’ai aucunement l’intention d’introduire une égalité sociale et politique entre les races blanches et noires. Il y a une différence physique entre ces deux races qui, selon moi, leur interdira à jamais de vivre ensemble sur une base d’égalité parfaite… et, moi, je suis pour que la race à laquelle j’appartiens ait une position de supériorité. Je n’ai jamais dit le contraire. Je ne suis pas, et n’ai jamais été, pour faire des Nègres des électeurs et des jurés, ni pour leur permettre d’être fonctionnaires et de se marier avec des blancs”. L’ensemble du livre continue cette analyse sur les réelles motivations du déclenchement de la guerre dite de sécession, l’extermination d’une grande partie de la population du Sud, l’incendie de villes, d’Atlanta entre autres, par les généraux Sherman et Grant. Alain Sanders remet de l’ordre dans les déclarations faites aujourd’hui par ceux qui se disent antis racistes aux États-Unis, et ailleurs, et qui veulent faire enlever les statues des chefs sudistes et du général Lee en particulier » (Mémoires d’Empire).

Informations complémentaires

Auteur(s)

Editeur

Collection

L'Étoile du berger

Pages

126

Prix

17

Date

10/10/2017

Format

Livre

Isbn/Ean

9782357911024